Wikia Dictionnaire simple
Advertisement

prêcheur   n. m.

1- Celui qui prêche, prédicateur. Un prêcheur protestant du désert ; envoyer un prêcheur chez les Gentils.
Je crois à la vérité que ce sont ces mines et appareils effroyables, de quoi nous entournons <la mort>, qui nous font plus de peur qu'elle (…)  Notre chevet assiégé de médecins et de prêcheurs. - (I, 20 - Que philosopher c'est apprendre à mourir)— Montaigne, Essais, 1595.
Clergesse, elle fait jà la leçon aux prêcheurs. — Mathurin Régnier, Satire XII., éd. 1860.
Voilà un mauvais prêcheur, un prêcheur de haine et de discorde. Le curé prit un ton prêcheur et professionnel pour calmer les esprits.

2- Prêcheurs, ou, adjectivement, frères prêcheurs, nom donné aux religieux de l'ordre de Saint-Dominique (Dominicains) depuis qu'ils furent employés à la conversion des Albigeois.

Le pape avait adressé à différents princes mahométans des frères prêcheurs pour les engager à embrasser le christianisme. —  Abel Rémusat, Instit. Mém. inscr. et belles lettres, t. VI, p. 430.
Le loup, probablement en appétit, avait un rictus matinal qui montrait toutes ses dents, très blanches. Il s'arrêta à demi−montée et posa ses deux pattes de devant dans la cahute, les deux coudes sur le seuil comme un prêcheur au bord de la chaire. — Hugo,L’Homme qui rit,1868.
Vous n’avez peut-être jamais lu Paul Desjardins. Lisez-le, mon enfant ; aujourd’hui il se mue, me dit-on, en frère prêcheur, mais ce fut longtemps un aquarelliste limpide...  — Proust, Du côté de chez Swann, 1913.

3- Par extension, celui qui enseigne, publie la bonne parole ; pharisien laïc qui réprimande ses concitoyens pour faire valoir sa bonne conscience. . Personne qui aime faire la morale aux autres, de préférence en public. Homme qui multiplie les reproches, les réprimandes, les remontrances sur les moindres choses, là où on ne voit rien de mal.Bon apôtre, papelard, sermonneur.

◊ Un prêcheur de la bonne presse se ceint de l’écharpe rouge du résistant.
◊ La jeunesse insoumise se déchaîne contre l’importun prêcheur.
Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur, Vous irez dans la poêle, et vous aurez beau dire, Dès ce soir on vous fera frire. — La Fontaine, Fables,  v, 3.

Des dévots, prêcheurs d'humilité et de patience.  -  (Parlement d'Angleterre)— Voltaire,Dictionnaire philosophique,1764.
Ce grand prêcheur de vertu n'était qu'un monstre chargé de crimes cachés. — Rousseau, 1er dialogue,
Un prêcheur éternel, un faiseur de remontrances. Un prêcheur anti-sucre, anti-gras, anti-porc, anti-moines, antiquaire. Un prêcheur écolo à trottinette, à queue de cheval.

Adj. ◊ Bouilhet se gardait de l’art prêcheur qui veut enseigner, corriger, moraliser. Il estimait encore moins l’art joujou qui cherche à distraire comme les cartes, ou à émouvoir comme la cour d'assises ; et il n'a point fait de l’art démocratique, convaincu que la forme, pour être accessible à tous, doit descendre très bas, et qu'aux époques civilisées on devient niais lorsqu'on essaye d'être naïf. Quant à l’art officiel, il en a repoussé les avantages, parce qu'il aurait fallu défendre des causes qui ne sont pas éternelles. — (Flaubert)

4- N. f. Prêcheuse, celle qui fait des remontrances.
Charmante prêcheuse !... charmante, en vérité, mais prêcheuse pourtant. -  (IV, 2) —Rousseau,La Nouvelle Héloïse,1761.

Adjectivement. À son visage, j'augure qu'elle sera grave et prêcheuse. - (VI, 19) — Rousseau, La Nouvelle Héloïse,1761.
Une folie prêcheuse.

5- N. f. Prêcheresse, nom qu'on a quelquefois donné aux religieuses de l'ordre de Saint-Dominique (Dominicaines).

6- Adj. On donne l'épithète de prêcheur à un insecte de la famille des mantes, parce que ses pattes de devant redressées ressemblent aux bras d'un prédicateur qui gesticule.

Prêcheuse, épithète donnée à quelques plantes dont les graines servent à faire des chapelets.

* du lat praedicatorem, de praedicare, prêcher. cf. prédicateur.

Références
↑► Hugo La Fontaine Montaigne Proust Rousseau Voltaire
↑ Littré prêcheur
↑ Encyclopédie universelle prêcheur
<> 10/12/2015